Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 21:37

Interprétation des Rêves (Freud)

Sigmund Freud Freud et les rêves

“L’inconscient est la véritable réalité psychique, dans sa nature intime, et il est aussi inconnu pour nous que la réalité du monde extérieur”

Freud, grâce à l’invention de la méthode psychanalytique, a introduit les rêves dans le domaine de l’analyse, jusque-là délaissé par la philosophie. Grâce à une démarche empirique, le psychanalyste autrichien s’est intéressé aux rêves de ses patients, en faisant de l’interprétation des rêves une méthode concurrente à l’hypnose et à la libre association pour accéder à l’inconscient.

La principale caractéristique de l’état psychique d’un dormeur est le retrait de la réalité et la cessation relative de la perception du monde extérieur. Mais le rêve est surtout l’occasion pour l’inconscient et les pulsions refoulées, quand la conscience n’est plus en plein éveil, de se libérer et de s’exprimer. Ainsi, tout rêve est réalisation de désir. Cependant, le surmoi ou le ça peuvent encore résister face à la manifestation d’un contenu latent. D’où le rôle de l’interprétation qu’il confie au psychanalyste.

Freud et le symbolisme des rêves :

Freud dérive des rêves un système de symboles. Il a remarqué que la résistance se produisait régulièrement avec certains éléments de rêves, même dans les rêves de personnes mentalement saines. Il a compris que certaines parties du contenu manifeste correspondent généralement avec un contenu latent. Freud a appelé ces éléments manifestes « symboles » – à laquelle il attribuait un sens constant. Selon Freud, ces symboles oniriques sont tous plus ou moins sexuels.

Les symboles du sexe masculin :

Ainsi, le chiffre trois rois revêt dans les rêves la signification symbolique de l’organe sexuel de l’homme. Tous les rêves qui se composent de trois parties renvoient à l’organe sexuel de l’homme. Le Phallus est symboliquement substitué avec toutes les choses qui lui sont similaires par leur forme : montagnes, rochers, bâtons, parapluies, poteaux, arbres … Ensuite, les objets qui peuvent nuire et pénétrer le corps : couteaux, poignards, lances, fusils, revolvers, canons … Le phallus est aussi associé selon le psychanalyste viennois aux objets par lesquels l’eau s’écoule : tuyaux, arrosoirs, fontaines. Les objets extensibles (stylos, antennes extensibles, ballons, avions, hélicoptères, fusées, …) sont quant à eux des symboles de l’érection.

Les symboles du sexe féminin :

Les organes génitaux féminins sont symboliquement représentés par des objets creux qui peuvent contenir des choses: arbres, grottes, bateaux, bouteilles, boîtes, valises, poches, placards. Mais aussi les lieux : passages, portes, églises.

Masturbation et Rapport sexuel :

Sur la masturbation, Freud l’associe aux jeux, aux instruments de musique, symbole narcissiques par excellence selon lui. Au contraire, la perte des dents est un symbole de castration, telle une punition de la masturbation (complexe de castration chez les femmes).

Les activités rythmiques comme la danse, l’escalade ou l’équitation symbolisent le rapport sexuel lui-même. Si une reine et un roi apparaissent dans ces activités, Freud l’associe à la relation taboue avec les parents, au complexe d’Œdipe.

Critiques de l’Interprétation des rêves de Freud :

On peut formuler au moins trois types de critiques sur la théorie freudienne des rêves :

– une critique interne : certains psychologues reprochent à Freud d’être tombé dans l’hypersymbolisme et la surinterprétation. Si en effet tout est contenu latent dans le rêve, comment dégager une signification claire ?

– une critique épistémologique : Karl Popper, notamment, a reproché à la théorie psychanalytique qu’aucun fait empirique ne peut la réfuter, puisque Freud affirme que les opposants à ses théories sont des refoulés.

– une critique morale : Alain et Sartre ont formulé des critiques en ce sens. L’idée que la conscience est double est absurde, car elle ruine la responsabilité et la liberté du sujet, plus maître de lui-même.

Partager cet article

Repost 0
Jean-Yves Paul Flament
commenter cet article

commentaires