Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 11:48

Définition de l'empathie

Etymologie : du latin in, dans, à l'intérieur, et du grec pathos, ce qu’on éprouve, souffrance.

Le terme "empathie" a été créé en allemand (Einfühlung, ressenti de l'intérieur) par le philosophe Robert Vischer (1847-1933) pour désigner le mode de relation d'une personne avec une œuvre d'art qui permet d'accéder à son sens. Il a ensuite été repris par Théodore Lipps et Karl Jaspers puis par Sigmund Freud avant de s'imposer plus largement, traduit par empathy en anglais et empathie en français.

En psychologie, l'empathie est la capacité de ressentir les émotions, les sentiments, les expériences d'une autre personne ou de se mettre à sa place.

Cette attitude nécessite un effort de compréhension intellectuelle d'autrui. Elle exclut cependant toute confusion entre soi et l'autre, tout mouvement affectif personnel ainsi que tout jugement moral. En effet, l'empathie n'implique pas de partager les sentiments ou les émotions de l'autre, ni de prendre position par rapport à elle, contrairement à la sympathie ou à l'antipathie.

En philosophie, l'empathie désigne l'appréhension immédiate de l’affectivité d’autrui. L'adjectif "empathique" qualifie une personne ou une attitude qui montre ou exprime de l'empathie.

Terme connexe : Altruisme

Définition de l'altruisme

Etymologie : mot créé par Auguste Comte (1798-1857) à partir d'autrui, venant du latin alter, autre.

L'altruisme est une disposition de caractère qui conduit à s'intéresser, à se dévouer, à se consacrer et à vouloir faire le bien aux autres, à les aider, à faire preuve de générosité envers eux, sans rien attendre en retour.

L'altruisme est un sentiment désintéressé d'amour pour autrui qui peut être instinctif ou réfléchi. Il s'oppose à l'égoïsme. En philosophie, l'altruisme est le principe du comportement qui fait du bien des autres la finalité ultime de toute action morale. Le mot "altruisme" est employé pour la première fois en 1854 par Auguste Comte dans le "Catéchisme positiviste". Attitude d'attachement, de bonté, voire de vénération envers les autres, l'altruisme est au centre de la morale positiviste.

Sans que le terme soit employé, des formes d'altruisme sont prônées dans la plupart des morales religieuses (bouddhisme, christianisme, islam, etc.)

Termes synonymes ou voisins : amour, bienveillance, bonté, charité, désintéressement, générosité, philanthropie.

Partager cet article

Repost 0
Jean-Yves Paul Flament
commenter cet article

commentaires